SAUVER LES ANIMAUX

 

La question n’est pas : “Peuvent-ils raisonner ?” ni “Peuvent-ils parler ?” mais “Peuvent-ils souffrir ? …”

 Jeremy Bentham

 

Toute petite déjà…

 

Du plus lointain que puisse remonter ma mémoire, je ne crois pas avoir perçu les animaux comme si différents des hommes.  Lorsque j’étais petite, j’avais beau voir qu’ils avaient une autre apparence physique -souvent rigolote-, qu’ils ne parlaient pas le même langage que moi  -mais couraient plus vite- rien ne me paraissait justifier l’exploitation et la violence dont ils étaient les victimes abandonnées. 

Les adultes essayèrent de me faire entendre raison en employant des arguments classiques. Ceux-ci allaient du familial « c’est comme ça et mange ta viande » au philosophique «  Mais puisque Descartes vous dit que ce sont des machines et qu’ils ne sentent pas la douleur » de mon professeur, rien n’y fit. 

J’ai donc adhéré à la Ligue Française contre la Vivisection en 1977, à l’âge de 13 ans, à une époque où oser dire qu’un rat était capable d’empathie (1) aurait été perçu comme grotesque, tant le combat animaliste n’était pas à l’ordre du jour.
Le temps a passé et mon métier de voyante m’a renforcée dans la conviction que nous étions, hommes comme animaux, tous reliés. S’il ne m’a jamais été possible de prédire le fonctionnement d’une machine, j’ai su anticiper avec justesse les réactions d’un animal mis en présence d’un autre et j’ai parfois « vu » à distance son état psychologique, physique, ainsi que le cadre dans lequel il se trouvait alors qu’il avait disparu.

 

« Je vais vous mettre une photo dans une enveloppe »…

 

Mais plus étrange encore, je n’ai pas reconnu leur « particularité » animale durant certaines démonstrations de clairvoyance à travers des enveloppes closes. Je me rappelle avoir décrit et mimé « quelqu’un de grand,  puissant, très sportif, super endurant, adorant la nature, d’une grande force physique mais qui devait souffrir du dos et de la cheville. Je le voyais déprimer chez lui, irrité et abattu. L’enveloppe, préparée par l’expérimentateur contenait la photo d’un cheval. 

Ce grand Selle français, primé lors de concours complets était temporairement condamné à rester au boxe après un accident qui avait endommagé le bas de son dos ainsi qu’un de ses boulets postérieurs. Lorsque j’avais fait allusion à son caractère asocial et violent avec les autres,  son cavalier avait beaucoup ri, sans que je ne puisse, sur le coup, comprendre pourquoi : castré tardivement, l’animal détestait les hongres, qu’il tourmentait à la moindre occasion. Le portrait était parfait…

Durant l’exercice, comme durant toute voyance, j’étais devenue ce cheval, comme je deviens chacune de mes « cibles »… Tout mon corps se transforme alors en une sorte de pâte à modeler qui reçoit des séries successives d’informations sur les caractéristiques physiques et psychiques de ma cible.  Si l’on considère que les neurones miroirs (2) sont les instruments de l’imitation de l’action mais aussi et l’empathie, il y aurait là une piste scientifique inédite pour comprendre le fonctionnement de la voyance, mais aussi celui de la compassion. Impossible en effet de voir sans devenir l’autre, même si cette perception s’efface d’un coup de chiffon, telle de la craie sur un tableau, dès que l’exercice est terminé. Pas de séquelle émotionnelle, donc. Mon expérience professionnelle m’aura permis de découvrir que je perçois exactement de la même façon les cibles animales ou humaines. Les grands communicateurs animaliers, comme Leila del Monté (3) et Kevin Richardson (4), n’expérimentent-ils pas la même chose dans leur pratique ?

 

Militer pour eux

 

Et pourtant, aujourd’hui encore, alors que les frontières de l’animalité et de l’humanité s’évanouissent sous les découvertes de l’éthologie et des sciences, alors que la notion de propre de l’homme semble une posture de plus en plus difficile à défendre, que l’ensemble des neurosciences et des sciences humaines s’accordent à reconnaître à l’animal la capacité de souffrir, d’éprouver des émotions complexes  mais aussi de développer des conduites altruistes, j’entends encore trop souvent le fameux « n’y a t-il pas des choses à faire plus urgentes que de s’occuper des animaux ? » qui m’est lancé comme on parle à un traître ou à un enfant.

Traître, je ne suis en rien vis à vis de mon espèce.

Toutes les études de criminologie s’accordent pour établir une corrélation entre les agissements des tueurs en série et la torture et les meurtres préalables d’animaux. Si tous les bourreaux d’animaux ne deviennent pas des serials killers, tous les serials killers (ou presque) ont préalablement torturé et assassiné des animaux. Il est donc établi que la barrière de l’espèce se franchit aisément dès qu’il s’agit de crime.

Au niveau politique et culturel, l’heure est venue de sortir de la fiction qui consiste à imaginer que les sévices autorisés  à l’égard des animaux sont d’une nature différente de ceux qui s’exercent contre les hommes. Comment établir un code moral pour régir les relations des humains, tout en laissant persister une zone de non-droit réservée à l’animal ?  Une zone de morale zéro dans laquelle nous pourrions exprimer librement nos pulsions sans que cette violence ne vienne jamais contaminer les relations des hommes entre eux est-elle seulement concevable ?

Défendre l’animal n’est pas trahir la cause des hommes. Car ces derniers, au cours de l’histoire, ont maintes fois prouvé qu’ils savaient priver de leur humanité une portion choisie des membres de leur espèce, dès lors que leur besoins -psychologiques ou productifs- les amenaient à devoir fabriquer des sous-hommes, utilisés ensuite comme souffre douleur, matériel d’expérimentation scientifique ou main d’œuvre gracieuse.
Et les systèmes conceptuels qui permettent à un homme de transformer en paria un autre homme s’avèrent, quand on prend la peine de les étudier, strictement identiques à ceux qui permettent d’exploiter et d’assassiner les animaux.

Quant à l’enfant que l’on gronde en moi lorsque je défends l’animal, il est censé ne pas savoir encore discerner l’essentiel de l’accessoire. Mes détracteurs me laissent toujours entendre, à un moment de la conversation, qu’il y aurait un monde des grands et un monde des petits. Et que pour passer du monde puéril  des petits au monde adulte et concret des adultes je devrais m’acquitter d’un droit de passage : l’abandon de mon empathie. Si un jour je veux devenir adulte, il me faudra donc accepter la cruauté comme l’essence de la vie et reconnaître la loi de la jungle comme unique et universelle : tel serait, d’après eux, le prix à payer. 

J’ai eu l’occasion de rencontrer de très nombreuses personnes tout au long de ma vie et je peux conclure aujourd’hui sans hésiter que ceux qui m’ont paru les plus adultes étaient justement ceux ou celles qui avaient développé à l’égard des autres –humains et animaux -le plus d’empathie. Ils étaient plus résistants dans les épreuves, plus épanouis dans leur vie, moins anxieux et réussissaient à passer le cap du grand âge et de la mort dans la paix avec eux-mêmes et avec les autres. 

Ma rencontre avec le calvaire des Galgos http://www.galgos-ethique-europe.eu/ a été un élément déclencheur dans mon désir de m’impliquer plus encore dans la protection des animaux. Je ne peux tout simplement pas admettre que des membres de mon espèce se conduisent ainsi sans lutter contre leurs actes. Il n’y a pas que l’animal pour lequel je me bats lorsque je soutiens Galgos Ethique Europe, mais la dignité de l’humanité. Celle-ci n’est pas compatible avec la torture et le meurtre de chiens, nos auxiliaires de chasse depuis la nuit des temps.

Pour le reste, si je sais que tous les hommes ne deviendront pas végétariens, j’espère que certaines prises de conscience permettront à chacun d’aller vers le moins de nuisance possible. Mon voyage à Dharamsala, en 2004, est resté pour moi un tournant majeur de ma vie. J’ai eu la chance d’y rencontrer, à l’occasion d’un documentaire (5) les oracles officiels de sa sainteté le Dalaï Lama. Mais le peuple tibétain, croisé tout au long de ce tournage, m’a bouleversée encore  davantage (6). Leur force, leur humilité, leur joie et leur immense ouverture à la vie résultent de ce souci constant d’organiser l’existence de chacun autour d’une idée simple : ne jamais nuire inutilement à autrui .
Si tous les tibétains ne sont pas végétariens, leur culture respecte profondément l’animal .

Pour ma part, je ne pouvais rester sans militer au sein de la mienne, qui dissimule en permanence les crimes barbares qu’elle perpétue à leur encontre.
Jusqu’il y a deux ans encore, j’ignorais quel enfer  le monde moderne  était devenu pour les animaux. Je ne connaissais rien de l’élevage intensif, rien de la réalité de la fourrure ni du cirque, et n’imaginais pas non plus que de nombreux scientifiques luttaient maintenant contre la vivisection, pratique obsolète et dangereuse. Avoir regardé un soir Earthlings (film documentaire américain de Shaun Monson sorti en 2005, dont la réalisation a nécessité cinq années d’investigations et de tournage) aura changé le cours de ma vie : http://www.youtube.com/watch?v=qsQhQTyOKMI

Incapable de s’affranchir seul, l’animal n’a que l’homme pour le protéger. Sa souffrance ne me révolte pas davantage que celle des humains mais son impuissance m’a conduite, depuis cette prise de conscience, à consacrer une part de mon temps à sa défense. Manifestations, pétitions, cyberactions  et happening portent chaque jour leur fruit. Nous sommes chaque années plus nombreux, plus déterminés et plus efficaces.
Et les gouttes d’eau que nous sommes chacun forment chaque jour de nouvelles rivières…

Consommez autrement, participer activement aux actions ou relayer simplement l’information dans notre vie quotidienne : Nous ne serons jamais trop nombreux pour aider le monde animal à sortir du cauchemar sans précédent dans lequel le monde contemporain l’a plongé…

 

Les liens qui suivent ne sont pas exhaustifs….



Ils révèlent une vérité que personne ne veut voir mais  qui nous est aussi soigneusement cachée. Certaines de ces vidéos sont insoutenables : je suis d’avance désolée du mal qu’elles pourront faire à certain d’entre vous. 

Hélas, la gestion de ma page Facebook https://www.facebook.com/pages/Maud-Kristen/45050003219 m’a permis de découvrir que les images les plus dures  généraient davantage de partage et de mobilisation que les illustrations plus soft…

 

 

Je laisse Louise Michel conclure à ma place…


“Au fond de ma révolte contre les forts, je trouve du plus loin qu’il me souvienne l’horreur des tortures infligées aux bêtes.
Depuis la grenouille que les paysans coupent en deux, laissant se traîner au soleil la moitié supérieure, les yeux horriblement sortis, les bras tremblants, cherchant à s’enfouir sous la terre, jusqu’à l’oie dont on cloue les pattes, jusqu’au cheval qu’on fait épuiser par les sangsues ou fouiller par les cornes des taureaux, la bête subit, lamentable, le supplice infligé par l’homme.
Et plus l’homme est féroce envers la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent.”

 

 

GENERAL : 

 

– droit des animaux : www.journee-internationale-droits-animaux.org

 

 

LES GALGOS :

 

– 50 à 60.000 Galgos (chiens de chasse espagnols) disparaissent chaque année : torturés, abandonnés, morts de faim ou écrasés.
Sites : http://www.galgos-ethique-europe.eu/
http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/ :
A voir : vidéo : http://youtu.be/CJswjd7Tfis
Un cas parmi d’autres vidéo : http://youtu.be/SiRYRz8UccY

 

 

 

LA FOURRURE :

 

– La fourrure en Chine (exportée en Europe et dans le monde entier…)

– Fourrure des chiens et chats sur vos manteaux ?http://www.fourrure-torture.com/video-fourrure.html
Le site de la vidéo :
http://www.fourrure-torture.com/

 


VIANDE DE CHIENS, VIANDE DE CHATS:

 

http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/le-cauchemar-des-chiens-en-chine/

http://protectionanimale.tripod.com/catsdogs.htm

 

 

LES CIRQUES : DRESSES AVEC AMOUR ?

 

Vidéo :http://www.spi0n.com/le-cirque-qui-ne-fait-pas-rire-bobby-roberts/
Site : Code Animal. com
http://www.code-animal.com/

Vidéo “une cage en enfer”
http://www.one-voice.fr/loisirs-et-compagnie-sans-violence/une-cage-en-enfer/

Vidéo : la vérité sur les cirques
http://youtu.be/e2XNX46_KjU

 

 
POURQUOI JE SUIS DEVENUE VEGETARIENNE…

Au delà du calvaire animal : parce que l’élevage épuise les réserves d’eau de la planète, oblige  à la déforestation, pollue et contribue à la famine …

L’homme est il carnivore ? Peut on se passer de protéines animales ? La viande et le lait sont ils bons pour la santé ?
L214 : http://www.l214.com/
http://www.international-campaigns.org/
http://www.journee-sans-viande.info/pourquoi/
http://www.veganisme.fr/

www.journee-sans-viande.info Campagne internationale de sensibilisation à une alimentation sans produits animaux autour du 20 mars et relayée en France par IC.

 

400 raisons d’être végétarien : http://www.vegplanete.com/
Vidéo : Dans le couloir de la mort : http://youtu.be/aHTNq33cXBQ 
Gary Yourofsky, discours sur le végétalisme : http://youtu.be/9ivPJUypbVs

 


EXPERIMENTATION ANIMALE :

 

Happening Beauboug, International Campaing Avr11La vivisection : un danger pour l’homme, un enfer pour l’animal 

Vidéos choc :

http://youtu.be/FjEqghxtrqc

http://youtu.be/3cdyMBD1Mrk

http://youtu.be/TBO3mfOqwYY

Affaire de science ou lobby d’argent ?
Un scientifique dénonce : Vidéo http://youtu.be/sFsX3Oobgik
Sites :
http://www.stopvivisection.eu/fr
http://www.stop-animaux-labos.org/
http://www.international-campaigns.org/
http://antidote-europe.org/fr/

www.stop-animaux-labos.org/journee-mondiale-animaux-laboratoires/

Journée mondiale militante et abolitionniste à la mémoire des animaux suppliciés pour la vivisection chaque année dans le monde et qui a lieu tous les ans alentour du 24.04  ( relayée par International Campaings )

Happening contre la vivisection à Beaubourg avec  International Campaign, avril 2011

 

Contre elevage de Mezilles, sept 2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contre l’élevage de Mézilles, septembre 2012

 

 

FOIE GRAS : LES COULISSES:

 

Vidéos :
http://youtu.be/Adu9RO4IiLs
http://www.youtube.com/watch?v=zBWbTSQ6wZY&feature=player_embedded

 

 

LA CORRIDA :

 

Combat loyal ou boucherie ?
http://www.anticorrida.com/
Vidéo
La vérité sur la corrida Jerome Lescure
http://www.dailymotion.com/video/x6db2a_a-two-hour-killing-francais_animals?start=11
…Agressifs  les taureaux ?
Découvrez  Fadjen, un Taurreau de Corrida élevé par Christophe…

 

http://www.sauvons-un-taureau-de-corrida.com/ 

 

 

 

 Anti Corrida,fevr2012

 

 

 

 

 

 

 

 
Marche anti-corrida, février 2012

 

 

NOTES :

 

1) Je ne suis bien sûr aucunement d’accord avec cette expérience qui propose de tourmenter des animaux pour observer la solidarité dont ils sont capables : http://www.lefigaro.fr/sciences/2011/12/08/01008-20111208ARTFIG00836-les-rats-sont-capables-d-empathie.php 

2) Giacomo Rizzolatti, Les Neurones miroirs, Editions Odile Jacob.

3) Leila del Monte
http://www.lailadelmonte.com/fr/communication

4)Kevin Richardon, l’homme qui communique avec les lions : http://www.lionwhisperer.co.za/ 

5) http://www.inspiration-productions.com/tibet/francais/doc_spirit.html

6) Les photos de ce voyage sont ici : (merci à Francis Mobio)

 

 

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.440990498219.238502.45050003219&type=3 

 

 

 

“Le jour viendra peut-être où le reste de la création animale acquerra ces droits qui n’auraient jamais pu être refusés à ses membres autrement que par la main de la tyrannie. Les Français ont déjà découvert que la noirceur de la peau n’est en rien une raison pour qu’un être humain soit abandonné sans recours au caprice d’un bourreau. On reconnaîtra peut-être un jour que le nombre de pattes, la pilosité de la peau, ou la façon dont se termine le sacrum sont des raisons également insuffisantes pour abandonner un être sensible à ce même sort. 


(Jeremy Bentham)

 

– Sauver la planète
Sauver les animaux